jeudi 13 octobre 2016

On croit à quoi quand on est de droite en 2016 ?

Aujourd'hui pour être de droite, il faut être capable de gober des conneries d'un autre âge.

Il faut croire en l'autorité de l'Etat pour sauver l'Ecole et renouer avec la sécurité ! Voilà le remède ! C'est une blague ? Non, il ne semble pas, chaque prétendant a justifié ainsi sa candidature.

Il faut croire en l'Homme providentiel, dont le charisme et l'autorité extraordinaires doivent faire oublier les écarts à la loi.

Il faut croire à la théorie du ruissellement ! Non l'argent des riches n'est pas réinvesti pour faire tourner l'économie et ruisseler jusqu'aux plus pauvres. Tout le monde le sait, il suffit de regarder le creusement des inégalités depuis l'avènement des politiques néolibérales dans les années 1980. Tout le monde,  sauf les gens de droite.

Il faut croire aux bénéfices de l'austérité, à la réduction de la dépense publique pour relancer l'économie. Cela ne marche pas, demandez aux Belges, aux Grecs ou au FMI !

Il faut croire à l'idéologie de la croissance et au productivisme : nous pouvons tous travailler, même 39h payées 37h ? Mais pour quoi faire ? Pour quels services ? Pour produire quels produits ? Les vendre à qui ? Pour utiliser quelles ressources limitées, très limitées face au défi climatique ?
Lire P. Larrouturou, "Il faut tirer un trait sur la croissance"

Il faut croire à l'idéologie du travail et de l'entreprise comme lieu d'épanouissement ! En 2016, à l'heure du surmenage professionnel et des bullshit jobs, comment dire ?!

Il faut croire et avoir peur de la fuite des cerveaux !

Il faut taper sur les fonctionnaires. Les professeurs des écoles, les infirmières, ces privilégiés qui sapent notre économie.

Il faut confondre la pauvreté et l'assistanat !


Il n'a été question que de ces thèmes lors la première partie du débat de la primaire de la droite. 

Il faut par contre ne rien connaître à la politique fiscale. Absolument rien ! Il ne faut pas parler du réchauffement climatique, il ne faut pas remettre en cause les règles européennes, la financiarisation de l'économie, la distribution de la richesse ou le libre échange.

Cette déconnection de la réalité est hallucinante. Réveillez-vous, ils me font peur !

L'idée de regarder la deuxième partie sur l'identité m'était insupportable. Il y avait des gens pour regarder cela ?


NB: Une partie de la droite n'a pas participé à cette primaire et ne partage pas ces idées (UPR, DR...)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire